Accueil - HOME
HISTORY STUD polish
PELAJA II ( Ecaho)
VOLISKA (Warandes P)
PEDRA ( Jumanji)
ENERGIDA (Werbum)
-NEW'S-
MONOGRAMM
EKSTERN
RAPPORT IMPORTANT+++
IMPORTANT REPORT +++
POLISH LINE ETALON
POLISH LINE MARE
SH CHAUVENIST
STALLION-POLISH
MICHALOW
JANOW PODLASKI
Album photos
BIALKA + Championnat
CHPT Bialka all 2017
KUROZWĘKI
KLEMENSÓW
NOWY DWÓR
ALBIGOWA
CHPT nat-1979-2017
CHPT NAT POLISH
Chpt Autumn Show
Chpt WROCLOW
Al Khalediah Europea
Chpt WARSAW
Chpt POZNAN
Chpt BELZYCE
Chpt FALBOREK
CATALOGUES-PRIDE
PRIDE OF POLAND
OR WILL POLAND?
Chpt AMATEUR
HISTORY
PS-AR Polonais en FR
COURSE 1947-2010
Histoire de la race
VIDEO CHEVAUX
VIDEO Prideof poland
CONTACT
HORSES DIED
ARAB IN THE WORLD
WHAT IS PUR POLISH?
SOPHIE -HORSEFLY
HALSDON ARABIANS
IZABELLA-ZAWADZKA
LUTETIA ARABIANS
CANTERBURY FARM
RUSSIAN HISTORY
MAKE BELIEVE FARM
NEXT RUSSIE
FREDERIC JAGER
JERZY ZBYSZEWSKI
DAVID BOGGS
MARIA JAWOROWSKA
POLISH-HISTORIA
RUSSIAN HISTORY
NOM A-Z
LIVRE D'OR-GUESTBOOK
LINKS
ARABIAN-HORSE-TIMES
Arabian Hors JOURNAL
INTERVIEW VERY GOOD
PHOTOGRAPHER
WAHO-Conference
THE NAME
INFO-SCID
Plan du site


TOM ARABIANS Arabians Horses Polish


history  in French and in english

Histoire en Français ( en bas de page )  et en anglais

 clic here :

http://pathtogloryfilm.com/Press_files/Path%20to%20Glory%20EPK.pdf

 

The Endangered Polish Arabian

© 1996 Roxanne Rogers

 

There has been much political change in Poland since its countrymen started breeding Arabian horses. Perhaps it is because of the Poles' great love of the horse that we see these changes mirrored so clearly onto the very shape of the country's horseflesh. One of my favourite sayings from Poland goes: "A man without a horse is like a body without a soul". The horse has always been of great importance in Poland so it is easy to see how over time Polish horses have been admired and even revered in other parts of the world. The Polish Arabian was once the most desirable of all Arabians but for some reason(s) this has changed. I would like to examine some of the reasons, as I see them, in this article.

In Poland the original purpose of introducing pure blooded desert-bred Arabians was mainly to upgrade native stock. The Sanguszko empire probably had the most to do with keeping a pool of pure Arab blood available at all times to upgrade horses for military, farm work (Sanguszko draft horses were to have 50% Arab blood), sport etc. Foundation sires were, Kuhailan Haifi, Koheilan Adjuz, Kuhailan Afas, and Kuhailan Zaid. Among the foundation mares were, Jerychonka, Lalka, Muszka and Zgoda. Also used in the Sanguszko (Gumniska) Stud were a large group of French Arabians in 1927 including Nemer, Nedjari, Arba and Djeballa to improve racing ability. From the Potocki Stud (Antoniny) came Skowronek and from the Dzieduszycki Stud (Jarcowcke) came the stallions Bagdad and Krzyzyk and the immortal mares Gazella, Mlecha and Sahara - horses from this Stud later built up Janow in the 20's and the Stud of Prince Cartoryski, breeder of Kaszmir. From the Branicki Stud came Van Dyck and Ursus, founders of today's Spanish Arabians.

Without going into too much detail suffice it to say that these aristocratic equine empires provided the base for today's Polish Arabians. It is important to note that Arabians were greatly admired unto themselves but they played a key role at all times in upgrading other breeds. Many breeders have questioned the purity of Polish Arabians since record keeping was not important in the early 1800's when Arabians started being bred in Poland. This premise is a little absurd since record keeping was not done anywhere in Europe with any consistency. There wasn't any need since only a few breeders were capable of owning these rare creatures and they kept their vast herds segregated on their respective estates. Besides, I don't think anyone but a dreamer could say that perfect records have been kept on Arabians anywhere, even in the desert. Since we have established that the original purpose of Arabians in Poland was to upgrade native stock on all levels, how then did it come about that some of the best Arabian horses existed in Poland?

Some would say that the soil and climate played a large part - indeed one could argue for this. It has been said that the Seglawi and Kehylan desert strains did so well in Poland because of their requirements for 150 day vegetative periods per year to mature properly. Muniqis are said to require a 300 day vegetative period to thrive hence they were not so popular. Purists will tell you that Kehylans and Seglawis should never be crossed but I am afraid it is much, much too late to belabour that point. Too many crosses have come down the pike and indeed Arabian pedigrees are so entangled now that only a masochist would consider making breeding decisions based on this theory.

In 1918 the Russian Revolution came and with it the end of the Aristocratic Polish Empires and their individual Arabian herds. From the years 1914 - 1920 the ravages of war greatly depleted Arabian breeding stock in Poland. From 400 broodmares in 1914 the stock was depleted to only 45 in 1926. The Polish Arab Association was established in 1926 by Count Alexander Dzieduszycki and Dr. Edward Skorkowski and Janow Podlaski State Stud was established. It could be argued that the organization of racing for Polish Arabians saved these horses as their reputation for soundness, improved conformation and outstanding athletic ability spread quickly and they became desirable throughout Europe and the U.S. Prevalent foundation mares of this day were, Milordka, Gazella II, Mlecha, Pomponia, Zulejma, Hebda, Koalicja, Kalina etc. Stallions were, Bakszysz, Abu Mlech, Burgas, Farys II, Enwer Bey, Fetysz, Koheilan I and, of course, Ofir. By 1939 there were 237 horses at Janow alone.

On September 1st, 1939 the Second World war broke out and by September 11th Janow was evacuated towards Romania. Many horses were lost enroute and news came that Russian troops were now advancing towards them so they turned back to Janow where the Russians soon appeared and occupied. On October 5th the Russians went home taking 400 horses including all of the Arabians except for the mare Najada who injured a Russian soldier. Surprisingly she wasn't shot. When the Germans arrived an attempt to reviatalize Janow was made. By mid August 1940 there were 40 youngsters, 21 broodmares and the famous stallions, Trypolis, Witraz and Amurath Sahib at Janow. However by 1944, Polish horses were looking for cover again. They found temporary haven in Saxony but later had to continue moving in the dead of winter towards Dresden. When they arrived it was under heavy attack causing horses and handlers to panic. Soon there were 60 stallions running amuck. Which brings us to the famous story of Witraz and Wielki Szlem who were among this group being handled by their unflappable groom/hero, Jan Ziniewicz. Somehow Jan kept his head, even when Witraz's tail caught on fire from a bomb explosion and he struck out in a rage and the blood ran from Jan's lacerated palms, still he did not let go. In the aftermath Dr. Krzysztalowicz (Janow's Director) rode past the 22 carcasses of his dead stallions on the great sire, Amurath Sahib (who happens to be the paternal grandsire of my stallion, *Falat) and I have no doubt he wept. We must never forget the bravery of Jan Ziniewicz who is responsible for saving the two most influential sires in Poland today, Witraz and Wielki Szlem.

These stories elevate the Polish Arabian into the realm of legend and myth. From the remnants of the Second World War by 1946 Poland had only a handful of horses left with which to begin again. The State Studs, Nowy Dwor and Albigowa were established in addition to Janow and from this small nucleus came some of the most accomplished and desirable Arabians in the world. From my personal perspective, the great heyday of the Polish Arabians in North America was in the 1960's to early 1980's. There were earlier imports - *Czubuthan, *Ba-Ida, *Babolna (Dickinson) but not until 1961 when *Mohacz ,*Ardahan (Reese) and *Caliope with *Gaypolka inutero (Rogers) did it become obvious that Poland had something special to offer the serious breeder of Arabian horses. In 1963 the LaCroix's imported *Bask, Gwadiana, *Bajram etc. and the wave was on. My father, Allan Rogers, was hired as agent for PB Williamson to find the next National Champion and by this time it was obvious that Polish Arabians were something superior. In 1962 Dad was sent to pick a breeding stallion of Ferzon bloodlines at Gainey's but he came home with *Gaypolka (*Pietuszok x *Caliope by Witraz) instead. Because of this Polish "find", in 1963 he was sent to Poland and he came home with, to quote Neil Wood in The Polish Arabian Horse in North America..."some of the most notable horses ever exported from Poland". The stallions, *Barysz (Faher x Bandola), *Kirkor (Gwarny x Carmen) and the mares *Arnika (Faher x Arwila), *Esterka (Anarchista x Estokada), *Rusaalka (Czort x Risznica),*Edycja (*Naborr x Estokada), *Gorczyca (*Naborr x Gwara), *Harda (*Pietuszok x *Caliope) and her full sister, *Harpia and my personal breed standard, *Arwistawa (Geyran x Arfa). *Arwistawa did indeed become the next National Champion as well as the first Double National Champion. Added to that was her top Polish race record, 2/15 (4-4-5)O+1/tr,2600m. And besides, she was a perfect horse. She represents the pinnacle of Polish breeding. Why did Poland let her go? It was the year after the big bash of imports and Mr. Williamson gave them the choice of selling 10 horses to him if they included *Arwistawa or none at all. Other noted importers were Denise Borg (*Wiraz, *Rokitka), Ed Tweed (*Orzel, *Zbrucz, *Prowizja), Clay-Struck (heavy Comet-*Flis, *Dar, *Meczet, *Gulden), Ruth Simms (*Sabellina - a great race mare crossed too often with *Bask in the U.S.) and Leon Rubin (*Sambor etc.).

In the 1970's Americans slowed their purchasing activities in Poland. It was about this time that many American breeders confusedly looked on as Poland introduced Egyptian blood into the program. I think this was done in response to the Polish perception of what Americans wanted to buy. After all, a Polish friend of mine who was around the racetrack at Warsaw and Janow Stud Farm in the 1970's told me that two of America's most famous Polish stallions were just big jokes that Poland played on us. Imagine the Pole's surprise when those big jokes became big stars in America. Many breeders today will not acknowledge these Egyptian related horses as Pure Polish, although by definition they are since they were bred in Poland. They do acknowledge that an outcross was necessary but cannot see the logic in the Poles' choice. To quote Denise Borg, "Personally, I have never figured out why the Poles incorporated this breeding (Aswan) into their program. Perhaps they thought, erroneously, that the crazy Americans were willing to buy any pretty or typey horse irrespective of conformation or leg faults..." This is not to say that only culls came to North America. The government policy was to sell whatever possible, even the best of stock.

Just as we dedicated Polish Arabian breeders were getting over the Aswan shock along came the next surprise of Poland buying *Grandorr (*Naborr x Gwadiana) back a few years ago from America, then they leased a Negatraz son in the first part of this decade (Monogram) and bred quantities of mares to him. Meanwhile valuable sire lines are dying and the over-represented ones (particularly, Kuhailan Haifi through *Bask and Ibrahim through Negatiw) continue to grow and so Polish breeders paint themselves into a genetic corner both here in North America but especially in Poland. Racing has slowed in Poland due to the overall poverty of the country, hence this is no longer as strong a selection vehicle as it used to be. During the prime of Polish breeding a horse would rarely go to the breeding shed without a race record. Now we see many unproven horses being used for breeding and the ever popular activity of showing. Introduced in the early 80's one can also see the negative effect of showing in Poland with too much attention to type and not enough to conformation. Add to this the recent news that Sanadik el Shaklan is going to Poland to be used as a breeding horse and one has to wonder, exactly what direction are the Poles trying to go in? Now that there are more private breeders in Poland, instead of overturning stones and shaking bushes these breeders seem to be following the modern fashion of show breeding. One private breeder was quoted as saying, "Racing doesn't matter in breeding Arabians, the only thing that matters (in the breeding of Arabians) is the 'bouquet' (type)". Sounds familiar doesn't it? Dr. Skorkowski wrote of the importance of racing in 1969 as follows, "The racing trials are a magnificent performance. They are the only test of the horse quality'. Dr. Skorkowski also quotes Mr. George Ransom White, MD DVM in his book, Arab Breeding in Poland, "In proportion to body size and weight, the Polish Arabian horse possesses strength second to that of no other animal... The Polish Arabian is a stronger, healthier and better horse (than the Egyptian Arabian). In the Polish Arabian there is no evidence of deterioration. Each generation is stronger and better than its predecessor. This cannot be said of the Egyptian Arabian: as a matter of fact the reverse is true. The Polish Arabian is superior in all material respects to the Egyptian!' This was the thought of the day in 1969.

I believe that a more likely and already tried and proven outcross would have been the French Arabian. This would not have been such a radical departure and we may not have seen such a deterioration of the Arabian in Poland. No longer do the best Arabian racehorses come from Poland. In fact modern day Polish race Arabians do not dominate the International racing scene. Probably the last racing star to come from Poland was *Wiking and that was some years ago. The best Arabian racehorses come from France (see Canadian Arabian News , March/Apr. '96 The French Arabian.)

It is paramount for those serious breeders in North America to salvage all possible classic Polish bloodlines and maintain them to the best of their abilities. Not just for the sake of race breeding but for any type of athletic endeavor and/or just for the purpose of preserving something valuable. We have already lost the Kaszmir branch of the Krzyzyk sire line. The Abu Argub sire line through the great stallion Rozmaryn, can be found only on the distaff side of Polish pedigrees. The Kuhailan Zaid sire line should have been maintained through the magnificent stallion, Grand and even through Mir Said it is still very near extinction. The Kuhailan Adjuze sire line is currently available through *Pietuszok (*Gaypolka - sire of Arwitraz, Khazor, Gay Orzel etc. *Wosk - only one pure Polish son, Eldans Wotan, *Orzel - Brusally Orzelost, SGR Vayu etc. and Bajczar - by *Bajram) and Laur (*Chutor - sire of the upcoming sire, Albion) but it is not very widespread in pure Polish stallions. Anarchista should have been preserved as a branch of the Kuhailan Haifi sire line but it is too late for that. This sire line through Wielki Szlem is also available on a limted scale through stallions such as, *Sambor (*Czort x *Sabellina), *Sabson (a full brother to *Sambor - use him while you can) and El Mundo (*El Mudir x Inca Legend). The Bairactar sire line is one of Poland's oldest sire lines and it is also very scarce. Fortunately I found *Falat (Gwarny x Forta) and am preserving it as best I can. The Iderim sire line is under - represented also but is available through *Feniks (Elf x Ferezja) and Nelkin (Elkanada x Gay Miracle). The Kuhailan Afas line is over-represented through Comet and his many sons; very few sons of *Dunajec (sire of SC Dunaczort) are available. Better to use Kuhailan Haifi through Celebes (*Mellon, Etap, Set, *Zloty I) and Wielki Szlem than through *Bask. Here's a scary statistic: 25% of all purebred Arabians registered in the US trace to *Bask and a lot are probably inbred to him. I think *Bask was a fine animal but enough is enough. Soon we will start to lose dam lines also. Horses similar in type to Grand, *Pietuszok, Czort, Kaszmir, Rozmaryn, Mir Said and mares like *Arwistawa, Sabellina and Forta are a dying "breed" in Poland.

The political changes of the 1980's in Poland made it financially impossible for State Studs to continue breeding with racing as a goal and a selection vehicle. Therefore the type of Arabian that we see in Poland in the 1990's is very much like any other North American or European show horse. Perhaps the bone, conformation and class is somewhat better but not so noticeably as in the past.

If you have some of these rare old Polish lines be responsible and put some thought into how you breed them. Try to find under utilized but valuable lines before these treasures become lost to us for good. By maintaining an older style of Polish Arabian we can feel secure that we are preserving a little piece of important Arabian horse history. Heaven knows this type is mostly gone in Poland and I think it would be little short of a tragedy if after all the effort, over the course of two centuries, they just slowly faded away and became nothing but a few scratchings in some obscure breed history books.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

L' arabe Polonais en péril

 

The Endangered Polish Arabian


© 1996 Roxanne Rogers

 

Il ya eu beaucoup de changement politique en Pologne depuis ses compatriotes ont commencé l'élevage de chevaux arabes. Peut-être que c'est à cause du grand amour des Polonais du cheval que nous voyons ces changements en miroir si clairement sur la forme même de la viande de cheval du pays. Un de mes dictons préférés de Pologne proverbe: «Un homme sans cheval est comme un corps sans âme». Le cheval a toujours été d'une grande importance en Pologne il est donc facile de voir comment au fil du temps chevaux polonais ont été admirés et même vénéré dans d'autres parties du monde. L'Arabie polonais était autrefois la plus désirable de tous les Arabes, mais pour une raison quelconque (s) cela a changé. Je voudrais examiner quelques-unes des raisons pour lesquelles, comme je les vois, dans cet article.

En Pologne, le but initial de l'introduction de sang Arabes du désert de race pure était principalement à améliorer le parc indigène. L'empire Sanguszko probablement eu le plus à faire avec le maintien d'un bassin de pur sang arabe disponible à tout moment pour mettre à niveau les chevaux à des fins militaires, le travail agricole (Sanguszko chevaux de trait devaient avoir 50% de sang arabe), sport etc Fondation taureaux étaient, Kuhailan Haifi, Koheilan Adjuz, Kuhailan AFAS et Kuhailan Zaid. Parmi les juments de fondation étaient Jerychonka, Lalka, Muszka et Zgoda. Également utilisé dans le (Gumniska) Stud Sanguszko étions un grand groupe d'Arabes français en 1927, y compris Nemer, Nedjari, Arba et Djeballa d'améliorer la capacité de la course. Depuis le Stud Potocki (Antoniny) est venu Skowronek et du Stud Dzieduszycki (Jarcowcke) est venu les étalons Bagdad et Krzyzyk et les juments immortelles Gazella, Mlecha et Sahara - chevaux de cette Stud construits plus tard jusqu'à Janow dans les années 20 et le Haras du Prince Cartoryski , éleveur de Kaszmir. Depuis le Stud Braniski venus Van Dyck et Ursus, fondateurs de Arabes espagnols d'aujourd'hui.

Sans entrer dans trop de détails il suffit de dire que ces empires équins aristocratiques fourni la base pour les Arabes polonais d'aujourd'hui. Il est important de noter que les Arabes ont été admirés pour eux-mêmes mais ils ont joué un rôle clé à tout moment dans la modernisation d'autres races. Beaucoup d'éleveurs ont mis en doute la pureté des Arabes polonais depuis la tenue des dossiers n'était pas important dans le début des années 1800 quand les Arabes ont commencé à être élevés en Pologne. Ce principe est un peu absurde puisque la tenue des dossiers n'a pas été fait partout en Europe en toute cohérence. Il n'y avait pas besoin puisque seuls quelques éleveurs étaient capables de posséder ces créatures rares et ils ont gardé leurs vastes troupeaux séparés sur leurs domaines respectifs. D'ailleurs, je ne pense pas que qui que ce soit, mais un rêveur pourrais dire que les dossiers parfaits ont été maintenus sur Arabes partout, même dans le désert. Depuis que nous avons établi que l'objectif initial de Arabes en Pologne était d'améliorer stocks indigènes à tous les niveaux, comment se fait-il que certains des meilleurs chevaux arabes existait en Pologne?

Certains diront que le sol et le climat joué un rôle important - en fait on pourrait dire à cet égard. Il a été dit que les souches Seglawi et Kehylan désert ont si bien fait en Pologne en raison de leurs exigences pour 150 jours périodes végétatives par an pour mûrir correctement. Muniqis sont dits besoin d'une période végétative de 300 jours pour réussir donc ils n'étaient pas si populaire. Les puristes vous diront que Kehylans et Seglawis ne devraient jamais être franchies, mais je crains qu'il ne soit beaucoup, beaucoup trop tard pour insister là-dessus. Trop nombreux croisements ont descendre le brochet et en fait pedigrees arabes sont tellement enchevêtrées maintenant que seul un masochiste envisagerait de prendre des décisions de sélection basés sur cette théorie.

En 1918, la Révolution russe est venu et avec lui la fin des Empires aristocratie polonaise et leurs troupeaux arabes individuels. A partir des années 1914 - 1920 les ravages de la guerre grandement appauvri géniteurs arabe en Pologne. De 400 poulinières en 1914 le stock était épuisé à seulement 45 en 1926. L'Association arabe polonais a été créé en 1926 par le comte Alexander Dzieduszycki et le Dr Edward Skorkowski et Janow Podlaski Stud État a été créé. On pourrait faire valoir que l'organisation de la course pour les Arabes polonais sauvé ces chevaux que leur réputation de solidité, l'amélioration de la conformation et la capacité athlétique exceptionnelle se propager rapidement et ils sont devenus souhaitable dans toute l'Europe et les États-Unis prévalents juments de fondation de cette journée étaient, Milordka, Gazella II , Mlecha, Pomponia, Zulejma, Hebda, Koalicja, Kalina etc Stallions étaient Bakszysz, Abu Mlech, Burgas, Farys II, Enwer Bey, Fetysz, Koheilan I et, bien sûr, Ofir. En 1939, il y avait 237 chevaux à Janow seul.

Le 1er Septembre 1939, la Seconde Guerre mondiale éclate et en Septembre 11th Janow a été évacué vers la Roumanie. Beaucoup de chevaux ont été perdus en route et nouvelles venues que les troupes russes avançaient maintenant vers eux ils sont donc retournés à Janow où les Russes semblaient bientôt et occupés. Le 5 Octobre, les Russes sont rentrés chez eux en prenant 400 chevaux, y compris tous les Arabes à l'exception de la jument Najada qui a blessé un soldat russe. Étonnamment, elle n'a pas été tourné. Quand les Allemands sont arrivés pour tenter de reviatalize Janow a été faite. A la mi Août 1940, il y avait 40 jeunes, 21 poulinières et les étalons célèbres, Trypolis, Witraz et Amurat Sahib à Janow. Toutefois, en 1944, les chevaux polonais cherchaient couvercle. Ils ont trouvé refuge temporaire en Saxe, mais plus tard a dû continuer à se déplacer dans les morts de l'hiver en direction de Dresde. Quand ils sont arrivés, il était sous attaque massive causant des chevaux et des gestionnaires à la panique. Bientôt, il y avait 60 étalons de course insensée. Ce qui nous amène à la fameuse histoire de Witraz et Wielki Szlem qui faisaient partie de ce groupe est manipulé par leur époux / héros imperturbable, Jan Ziniewicz. D'une certaine manière Jan gardé la tête, même quand la queue de Witraz pris feu de l'explosion d'une bombe et il a frappé dans une rage et le sang coulait de palmiers lacérés de Jan, il n'a toujours pas lâché. Dans la foulée Dr. Krzysztalowicz (directeur de Janow) rode passé les 22 carcasses de ses étalons morts sur le grand père, Amurat Sahib (qui se trouve être le grand-père paternel de mon étalon, * Falat) et je ne doute pas qu'il pleurait. Nous ne devons jamais oublier la bravoure de Jan Ziniewicz qui est responsable de l'enregistrement des deux taureaux les plus influents dans la Pologne d'aujourd'hui, Witraz et Wielki Szlem.

Ces histoires d'élever l'Arabe polonais dans le domaine de la légende et du mythe. A partir des vestiges de la Seconde Guerre mondiale En 1946 la Pologne avait seulement une poignée de chevaux laissés avec laquelle recommencer. L'État Goujons, Nowy Dwor et Albigowa ont été établis dans plus de Janow et à partir de ce petit noyau se sont quelques-uns des Arabes les plus accomplis et les plus désirables au monde. De mon point de vue personnel, la grande heure de gloire des Arabes polonais en Amérique du Nord était dans les années 1960 au début des années 1980. Il y avait plus tôt importations - * Czubuthan, * Ba-Ida, * Babolna (Dickinson), mais pas avant 1961, lorsque * Mohacz, * Ardahan (Reese) et * Caliope avec * Gaypolka inutero (Rogers) qu'il est devenu évident que la Pologne avait quelque chose de spécial d'offrir l'éleveur sérieux de chevaux arabes. En 1963, l'LaCroix l'* importé Bask, Gwadiana, * etc Bajram et la vague était allumé. Mon père, Allan Rogers, a été embauché comme agent de PB Williamson pour trouver le prochain champion national et à ce moment il était évident que les Arabes polonais étaient quelque chose de supérieur. En 1962, Papa a été envoyé à choisir un étalon reproducteur de Ferzon lignées à Gainey de mais il est rentré avec * Gaypolka (* Pietuszok x * Caliope par Witraz) à la place. Pour cette raison polonais «trouver», en 1963, il fut envoyé en Pologne et il est venu à la maison avec, pour citer Neil bois dans le cheval arabe polonais en Amérique du Nord ... "certains des chevaux les plus remarquables jamais exportées de la Pologne". Les étalons, * Barysz (Faher x Bandola), * Kirkor (Gwarny x Carmen) et les juments * Arnika (Faher x Arwila), * Esterka (Anarchista x Estokada), * Rusaalka (Czort x Risznica), * Edycja (* Naborr x Estokada), * Gorczyca (* Naborr x Gwara), * Harda (* Pietuszok x * Caliope) et sa soeur, * Harpia et mon standard de la race personnelle, * Arwistawa (Geyran x Arfa). * Arwistawa a bel et bien devenir le prochain champion national ainsi que la première championne nationale Double. Ajouté à cela était son sommet record de l'épreuve polonaise, 2/15 (4-4-5) O +1 / tr, 2600. Et en plus, elle avait un cheval parfait. Elle représente le summum de l'élevage polonais. Pourquoi at-Pologne laisser aller? C'était l'année après la grande fête des importations et M. Williamson leur a donné le choix de vendre 10 chevaux lui si elles comprenaient * Arwistawa ou pas du tout. D'autres importateurs ont noté Denise Borg (* Wiraz, * Rokitka), Ed Tweed (* Orzel, Zbrucz *, * Prowizja), Clay-Struck (lourd Comète * Flis, * Dar, Meczet *, * Gulden), Ruth Simms ( * Sabellina - une grande jument de course a traversé trop souvent avec * Bask aux États-Unis) et Leon Rubin (* Sambor, etc.)

Dans les Américains les années 1970 ont ralenti leurs activités d'achat en Pologne. Ce fut vers cette époque que de nombreux éleveurs américains confusément regardé comme la Pologne a présenté le sang égyptien dans le programme. Je pense que cela a été fait en réponse à la perception polonaise de ce que les Américains voulaient acheter. Après tout, un ami polonais de la mine qui était autour de l'hippodrome à Varsovie et Janow Haras dans les années 1970 m'a dit que deux des plus célèbres étalons polonais de l'Amérique étaient seulement les grandes blagues que la Pologne a joué sur nous. Imaginez la surprise de la Pole, lorsque ces grandes blagues sont devenus de grandes stars en Amérique. Beaucoup d'éleveurs aujourd'hui ne reconnaissent ces chevaux liés égyptiens que le polonais pur, même si, par définition, ils sont depuis qu'ils ont été élevés en Pologne. Ils ne reconnaissent qu'un croisement extérieur était nécessaire, mais ne peuvent pas voir la logique dans le choix des Polonais. Pour citer Denise Borg, «Personnellement, je n'ai jamais compris pourquoi les Polonais incorporés cet élevage (Assouan) dans leur programme. Peut-être qu'ils pensaient, à tort, que le fou Américains étaient prêts à acheter un cheval assez typé ou indépendamment de conformation ou d'une jambe fautes ... " Cela ne veut pas dire que seuls les abattages sont venus en Amérique du Nord. La politique du gouvernement était de vendre tout son possible, même le meilleur de stock.

Tout comme nous avons consacré éleveurs polonais arabe obtenaient le choc Assouan vint la prochaine surprise de la Pologne d'achat * Grandorr (* Naborr x Gwadiana) retour il ya quelques années en Amérique, puis ils ont loué un fils Negatraz dans la première partie de cette décennie (monogramme) et les quantités race de juments à lui. Pendant ce temps les lignes de taureaux de valeur sont en train de mourir et les surreprésentés ceux (en particulier, Kuhailan Haifi par * Bask et Ibrahim à travers NEGATIW) continuent de croître et si les éleveurs polonais se peindre dans un coin génétique à la fois en Amérique du Nord mais surtout en Pologne. Racing a ralenti en Pologne en raison de la pauvreté générale du pays, où ce n'est plus aussi forte d'un véhicule de choix comme il l'habitude d'être. Au cours de la fleur de l'élevage polonais un cheval allait rarement à l'élevage hangar sans un record de la course. Maintenant, nous voyons beaucoup de chevaux non prouvées être utilisées pour l'élevage et l'activité très populaire de l'affiche. Introduit dans l'une au début des années 80 peut également voir l'effet négatif de montrer en Pologne avec trop d'attention au type et pas assez de conformation. Ajoutez à cela les nouvelles récentes que Sanadik el Shaklan va en Pologne pour être utilisé comme un cheval d'élevage et on peut se demander, exactement dans quelle direction sont les Polonais qui tentent de rentrer? Maintenant qu'il ya des éleveurs plus privées en Pologne, au lieu de retourner les pierres et en secouant les buissons ces éleveurs semblent suivre la mode moderne de spectacle élevage. Un éleveur privé a été cité comme disant, "Racing n'a pas d'importance dans Arabes de reproduction, la seule chose qui compte (dans l'élevage des Arabes) est le« bouquet »(type)". Cela vous semble familier n'est-ce pas? Dr. Skorkowski écrit de l'importance de la course en 1969 comme suit: «Les essais de course sont une magnifique performance. Ils sont le seul critère de la qualité du cheval». Dr. Skorkowski cite également M. George Ransom White, MD DVM dans son livre , Elevage arabe en Pologne, "proportionnée à la taille et du poids corporel, le cheval arabe polonais possède une force deuxième à celle de aucun autre animal ... L'Arabie polonais est un cheval forte et plus saine et mieux (que l'arabe égyptien). Dans l'Arabe polonais il n'y a pas de signes de détérioration. Chaque génération est plus fort et mieux que son prédécesseur. Cela ne peut pas en dire autant de l'arabe égyptien: comme une question de fait, l'inverse est vrai. L'Arabie polonais est supérieur à tous les égards importants à l'égyptienne! C'était la pensée du jour en 1969.

Je crois que se croiser un plus probables et déjà fait ses preuves auraient été l'Arabe français. Cela n'aurait pas été un tel changement radical et on peut ne pas avoir vu une telle détérioration de l'Arabie en Pologne. Ce ne sont plus les meilleurs chevaux de course arabes viennent de Pologne. En fait jour Arabes de course polonaises modernes ne dominent pas la scène de la course internationale. Probablement la dernière étoile de la course à venir de la Pologne s'établit * Wiking et qui était il ya quelques années. Les meilleurs chevaux de course arabes viennent de France (voir Nouvelles canadien arabe, Mars / avril '96 The Arabian français.)

Il est primordial pour les éleveurs sérieux en Amérique du Nord pour sauver toutes les lignées polonaises classiques possibles et de les entretenir au mieux de leurs capacités. Pas juste pour le plaisir de l'élevage de la race, mais pour tout type d'effort athlétique et / ou tout simplement dans le but de préserver quelque chose de précieux. Nous avons déjà perdu la branche Kaszmir de la lignée paternelle Krzyzyk. La ligne Abu Argub père à travers la grande Rozmaryn d'étalon, peut être trouvée que sur le côté maternel de pedigrees polonais. La lignée paternelle Kuhailan Zaid aurait été maintenu grâce à la magnifique étalon, le Grand et même à travers Mir a dit qu'il est encore très proche de l'extinction. La lignée paternelle Kuhailan Adjuze est actuellement disponible à travers Pietuszok * (* Gaypolka - père de Arwitraz, Khazor, Gay Orzel etc * Wosk - seul fils polonais pure, Eldans Wotan, * Orzel - Brusally Orzelost, SGR Vayu etc et Bajczar - par * Bajram) et Laur (* Chutor - père de la prochaine sire, Albion), mais il n'est pas très répandue chez les étalons polonais pures. Anarchista aurait dû être préservé comme une branche de la lignée paternelle Kuhailan Haifi mais il est trop tard pour cela. Cette lignée paternelle par Wielki Szlem est également disponible sur une échelle limted travers étalons tels que * Sambor (* Czort x * Sabellina), * Sabson (un frère de * Sambor - l'utiliser pendant que vous le pouvez) et El Mundo (* El Mudir x Inca Legend). La lignée paternelle Bairactar est l'une des plus anciennes lignées paternelles de la Pologne et il est aussi très rare. Heureusement, j'ai trouvé * Falat (Gwarny x Forta) et je suis en préservant du mieux que je peux. La lignée paternelle Iderim est sous - représenté également, mais est disponible par * Feniks (Elf x Ferezja) et Nelkin (Elkanada x Gay Miracle). La ligne Afas Kuhailan est surreprésenté par Comet et ses nombreux fils; très peu de fils d'* Dunajec (père de SC Dunaczort) sont disponibles. Mieux vaut utiliser Kuhailan Haifi par Célèbes (* Mellon, Etap, Set, * Zloty I) et Wielki Szlem que par * Bask. Voici une statistique effrayante: 25% des pur-sang arabes enregistrés dans la trace US au * Bask et beaucoup sont probablement inné pour lui. Je pense que * Bask était un bel animal, mais c'est assez. Bientôt, nous allons commencer à perdre lignées maternelles aussi. Chevaux de même type grand, * Pietuszok, Czort, Kaszmir, Rozmaryn, Mir Said et juments comme * Arwistawa, Sabellina et Forta sont en train de mourir d'une "race" en Pologne.

Les changements politiques des années 1980 en Pologne ont rendu financièrement impossible pour l'État de goujons de continuer l'élevage avec la course comme un objectif et un véhicule de sélection. Par conséquent, le type d'arabe que nous voyons en Pologne dans les années 1990 est très semblable à tout autre en Amérique du Nord ou cheval de spectacle européenne. Peut-être que l'os, la conformation et la classe est un peu mieux, mais pas aussi nettement que dans le passé.

Si vous avez certains de ces anciennes lignes polonaises rares être responsable et de mettre une certaine pensée dans la façon dont vous les élever. Essayez de trouver sous les lignes utilisées, mais précieux, avant que ces trésors se perdent à nous pour de bon. En maintenant un style plus ancien du polonais Arabian nous pouvons sentir en sécurité que nous préservons un petit morceau de l'histoire importante de chevaux arabes. Dieu sait que ce type est souvent allé en Pologne et je pense qu'il serait peu court d'une tragédie si, après tous les efforts, au cours de deux siècles, ils ont juste disparut progressivement et est devenu rien d'autre que quelques grattements dans une histoire de race obscure livres.

 

             


TOM ARABIANS
info@tom-arabians.com
google analytics